Estatut de Catalunya: le bras de fer s’engage

juillet 15, 2010 § Poster un commentaire

Comme évoqué précédemment sur ce blog, une manifestation a été organisée le samedi 10 juillet 2010 à Barcelone pour protester contre la décision du tribunal constitutionnel (TC). Largement suivie, elle a été l’occasion pour les partis catalans de faire front ensemble pour défendre ce texte. Cependant, cette alliance, forte en apparence, n’est en réalité que de circonstance.

Une manifestation suivie.

Selon les manifestants, Paul le poulpe aurait déjà fait son choix

La manifestation de samedi, organisée par Omnium Cultural, a réuni selon les estimations entre 56.000 et… 1,5 millions de personnes. Difficile dans ces conditions de mesurer l’importance réelle de cette contestation. L’évaluation du journal  El Pais qui dénombre 425.000 participants semble la plus crédible. Cependant, au delà des aspects arithmétiques, il est intéressant de noter que c’est d’abord une forme, certes fragile mais bien réelle, de consensus politique qui se dégage de cet évènement. L’ensemble des partis favorables à l’estatut était en effet présent ainsi que le président de la generalitat José Montilla (PSC: Parti socialiste de catalogne) accompagné de ses influents prédécesseurs, notamment Jordi Pujol.

Derrière l’unité, des  objectifs différents.

Jose Montilla, premier secrétaire du PSC et président de la Generalitat

Cependant, derrière l’image d’unité qui est véhiculée, il est important de noter les divergences d’interprétation et d’intérêt qui divisent les participants. Prudent, le PSC a voulu insuffler à cet évènement un caractère institutionnel en refusant de se faire la voix des indépendantistes tout en affirmant leur volonté de  défendre « l’honneur de la Catalogne » et « le grand pacte d’Etat qu’est l’estatut« . Les partis nationalistes ont quant à eux affiché plus clairement leurs tentations nationalistes voire indépendantistes. Ezquerra Republicana de Catalunya (ERC) et Iniciativa per Cataluña Verds (ICV), ont ainsi multiplié les appels à l’indépendance. Le parti de centre Convergencia i Unio (CiU), généralement plus modéré mais conscient de l’enjeu politique,  a également  participé à cette marche et dévoilé une tendance indépendantiste plus marquée: à quelques semaines des élections en Catalogne, cette position plus affirmée pourrait lui permettre de reprendre au PSC les quelques voix qui lui ont manqué il y a quatre ans pour remporter le scrutin.

La guerre des banderoles

Cette différence de point de vue s’est particulièrement illustrée lors des négociations précédant la manifestation, et ce tout particulièrement au travers de ce que certains médias espagnols ont appelé la « guerre des banderoles ». Face au slogan clairement indépendantiste « Som una nacio, nosaltres decidim » (nous sommes une nation, à nous de décider) le parti au pouvoir a cherché à minimiser l’impact visuel de cette banderole en tête de cortège sans pour autant renier l’aspect catalaniste qui structure sa base électorale. Son choix s’est alors porté sur un immense drapeau catalan qui coupe le message en deux et derrière lequel se sont rangés les institutionnels. Les représentants des autres partis se sont quant à eux rassemblés derrière la banderole. Ces querelles s’avèrent révélatrices des rivalités politiques exacerbées par l’approche des élections.

Capitaliser sur la frustration

Ainsi, une course contre la montre s’engage pour profiter, dans les urnes, du sentiment de frustration bien réel qui existe chez une partie de la population catalane. L’estatut de Catalunya possède en effet une solide légitimité politique et démocratique puisqu’il a été approuvé, dans le désordre, par la generalitat, par référendum populaire en Catalogne et même par le parlement national! Comme le rappelait Enoch Albert, professeur de droit constitutionnel à l’université de Barcelone, dans une tribune au journal El Pais (09.07.10), les vicissitudes du tribunal constitutionnel espagnol (quatre magistrats dont le mandat a expiré et le décès d’un « sage » dont la place reste toujours vacante) n’ont fait que renforcer le sentiment d’injustice qui s’est exprimé dans les rues de Barcelone.

C’est principalement le Parti socialiste catalan (PSC) qui fait les frais de cette décision, piégé dans une position complexe entre nationalisme et rôle institutionnel. Signe révélateur: le président de la generalitat, a dû être escorté hors du cortège face à l’hostilité de certains manifestants (comme montré à la fin de la vidéo ci-dessus).

Et maintenant?

Josep Antoni Duran i Lleida est le porte parole de CiU aux cortes.

La tension politique semble aller crescendo et la pression exercée par les partis nationalistes a poussé le PSC à multiplier les signes d’apaisement et à demander l’intervention du gouvernement espagnol, lui aussi socialiste, en sa faveur. Ainsi, le 14 juillet avait lieu le traditionnel « débat sur l’etat de la nation » aux cortes, donnant au premier ministre espagnol JL Zapatero l’occasion de s’exprimer sur le sujet. Dans son discours, « Zetape » a clairement annoncé son intention de « respecter et de faire respecter » la décision du TC mais a parallèlement affirmé qu’il ferait le nécessaire pour permettre une application la plus large possible de ce texte quitte, sur certains éléments, à passer par d’autres voies. Un discours apaisant mais pas totalement rassurant pour les socialistes catalans qui craignent que l’affrontement électoral pour Barcelone ne se déplace vers Madrid. En cause, la présence de députés de CiU aux cortes qui pourraient porter quelques estafilades en proposant des transferts de compétence importants. Ces propositions, volontairement exagérées, ne pourraient qu’être solidairement refusées par le groupe socialiste des cortes (auquel appartient le PSC), accentuant plus encore l’ambiguïté dans laquelle se trouve le parti au pouvoir à Barcelone. « Una trampita » (un petit piège) anticipée par José Montilla qui devrait demander à ses députés d’occuper le terrain et de faire des propositions de loi dans le cadre de l’estatut.

Les prochaines semaines devraient être déterminantes.

Tagué :, , , , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement Estatut de Catalunya: le bras de fer s’engage à La lettre et l'esprit.

Méta

%d blogueurs aiment cette page :