La Generalitat vote l’interdiction des corridas en Catalogne.

juillet 28, 2010 § Poster un commentaire

©torobull.com

Le mercredi 28 juillet 2010, le parlement catalan décidait par 68 voix contre 55 (et 9 abstentions) d’interdire la corrida en Catalogne à partir de 2012. Cette décision, prise dans un contexte européen plutôt favorable doit être perçue au travers de plusieurs prismes: la question des droits des animaux mais également celle, symbolique, de la culture espagnole.

Un antécédent notable et une tendance favorable .

Il est important de noter tout d’abord que cette interdiction est le fruit d’un long processus qui arrive aujourd’hui à son terme en Catalogne mais qui pourrait s’étendre géographiquement à l’avenir. En effet, et contrairement à ce que l’on pourrait penser, la Catalogne n’est pas la première autonomie espagnole à interdire cette activité sur son territoire. Déjà en 1991, le parlement des Canaries votait un texte sur la protection des animaux visant au départ à lutter contre les combats de chiens et de coqs (populaires là-bas) mais qui par une interprétation extensive avait servi de support juridique à l’interdiction des corridas. Dans le cas présent, cet élément n’avait pris qu’une importance toute relative étant donné la faible activité et le peu d’engouement des Canariens pour la corrida.

De même en 2007, à l’initiative de lobbies de protection des animaux, le parlement européen s’était prononcé sur une éventuelle interdiction de la corrida dans l’ensemble des pays membres (dont bien évidemment l’Espagne, mais également la France). Cette déclaration, bien qu’ayant été rejetée par une large majorité (74%) montrait une capacité de mobilisation importante sur la question. Il est parallèlement nécessaire de prendre en compte dans l’analyse de ce résultat la volonté des parlementaires européens de consolider la légitimité de l’Union Européenne et à ce titre de ne pas adopter de positions qui seraient perçues comme une attaque frontale contre les éléments d’identité d’un des Etats membres (souvenons-nous des délibérations sur le fromage au lait cru!).

Enfin, dans le même temps, les lobbies tels la SPA ont réussi à imposer la question de la cruauté envers les animaux comme centrale dans le débat sur la corrida au détriment de l’aspect culturel, pourtant important pour saisir l’ensemble de la question. Ainsi, la fondation Brigitte Bardot est même allée jusqu’à solliciter l’avis du Dalaï Lama, qui s’est prononcé dans le sens d’un arrêt de ces manifestations.

C’est dans ce contexte que l’association Prou! (Assez!) a porté devant le parlement catalan une pétition recueillant 140.000 signatures qui demandait l’interdiction pure et simple de la corrida.

La "plateforme" Prou! (Assez! en catalan) est à l'origine de cette proposition de loi.

Le droit des animaux comme prétexte politique.

Il est cependant difficile de ne pas suspecter, derrière cette soudaine sensibilité des députés catalans, une arrière-pensée politique. Cet aspect a été souligné notamment par le député du Partido de la Ciudadania (parti de centre regroupant des intellectuels catalans opposés au nationalisme) Albert Rivera. Dans sa déclaration à la tribune, ce dernier rappelait le goût bien connu du président de la Generalitat pour les corridas cherchant ainsi à démontrer qu’être Catalan et amateur de tauromachie était parfaitement possible. « Ce débat est une hypocrisie », remarque le jeune chef de parti, accusant les députés nationalistes de vouloir « créer un modèle uniforme qui cherche à éliminer tout ce qui sent, tout ce qui rappelle que la Catalogne fait partie de l’Espagne ». Le président de la Generalitat, José Montilla (Parti socialiste de Catalogne), a quant à lui voté contre le texte et a été massivement suivi par son parti mais pas par sa coalition.

La différence s’est donc faite sur une distinction autre que la classique opposition entre majorité et opposition. 61 des 68 votes favorables à cette interdiction proviennent en effet des différents partis nationalistes qui composent le parlement catalan soit Convergencia i Unio (CiU) avec 32 voix, Ezquerra Republicana per Catalunya (ERC) avec 21 voix et enfin le groupe Iniciativa per Catalunya Verds (ICV) allié à Ezquerra unida i Alternativa (EUiA) avec 13 voix. Difficile dès lors, de croire que la protection des animaux a été la principale motivation de la Generalitat. Le contexte de tension entre Barcelone et Madrid ne fait que renforcer cette hypothèse.

Sauf changement législatif, la "plaza de toros monumental" de Barcelone devra cesser d'organiser des corridas dès 2012

L’histoire ne devrait cependant pas s’arrêter là. La présidente du Partido Popular (PP droite) en Catalogne a déjà annoncé son intention de proposer aux Cortes (équivalent espagnol de l’Assemblée nationale) et au Sénat l’intégration de la corrida à la liste des éléments d’intérêt culturel, attribuant à cette manifestation une protection juridique qui la retirerait des compétences de la communauté autonome, rendant ainsi caduque le texte voté. Affaire à suivre.

Tagué :, , ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement La Generalitat vote l’interdiction des corridas en Catalogne. à La lettre et l'esprit.

Méta

%d blogueurs aiment cette page :